Interlab Rhenanum

L' Interlab

Interlab Rhenanum est un réseau intersectoriel et transfrontalier pour la promotion des systèmes numériques ouverts et d'innovation ouverte – Open source et Open data – dans l'administration publique de la région frontalière du Rhin supérieur. Il crée des initiatives dans les différents secteurs et se considère comme un laboratoire d'Open Government.

Le laboratoire encourage une plus grande ouverture dans la conception des projets numériques en fonction des valeurs européennes et une coopération générale entre l'administration, la citoyenneté, le domaine de la recherche et les entreprises. Elle promeut les principes du partenariat gouvernemental ouvert (PGO), auquel participent la France et l'Allemagne et dont l'Allemagne est actuellement membre du comité directeur. D'autres objectifs (indirects) sont l'identification des obstacles réglementaires dans la coopération transfrontalière et dans la vie quotidienne ainsi que la préparation de l'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau à une éventuelle participation au PGO dans le cadre de son programme local. La coopération numérique doit également être renforcée au-delà des frontières intérieures de l'Europe, en particulier dans la vie quotidienne des régions frontalières, pour ainsi dire les interfaces de l'Europe.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Les principales activités comprennent l'échange d'expériences et de connaissances ainsi que des initiatives de projets entre les acteurs des côtés français et allemand du Rhin – par exemple sur les données ouvertes et les logiciels libres (Open data et Open source). Le réseau de bénévoles est né d'un groupe de discussion de l'atelier et du projet d'initiation "Digital Border Region Upper Rhine" (DGO) de la région métropolitaine Rhin-Neckar, financé par le Land de Bade-Wurtemberg dans le cadre du programme Walter-Hallstein, qui a été co-initié par les initiateurs d'Interlab-Rhenanum en 2018.


L'Interlab Rhenanum a été poursuivi de manière indépendante afin d'étendre durablement le précieux réseau transfrontalier de compétences avec l'accent susmentionné et de concrétiser et de mettre en œuvre les idées de projet acquises lors des ateliers.

Le nom Interlab Rhenanum est dérivé de l'institution française "Etalab", département de la direction interministérielle du numérique, et du mot latin Rhenum pour le fleuve frontalier Rhin. Interlab Rhenanum est une initiative d'Oliver Rack, président de l'association allemande "Politics for Tomorrow c/o nextlearning e.V." et de Harmonie Vo Viet Anh, président de l'association française "Hackstub".

Pourquoi l'Interlab Rhenanum transfrontalier est-il important ?

La coopération numérique, par exemple en termes de participation et d'engagement, nécessite des structures de base ouvertes et favorables, des technologies de base et des ressources de connaissances comme base et "terrain d'entente" ainsi qu'un "système d'exploitation" pour une interaction prospère et souveraine - comme toute autre structure de l'État. Toutefois, le degré d'autodétermination de l'individu et de la communauté ainsi que les processus et solutions produits reposent dans une large mesure sur ceux-ci. Les données et les informations, en tant que matière première divisible et inusable pour les preuves, les connaissances et le support numérique de la vie, font partie de ces fondements de la communauté, surtout si elles sont financées par des fonds publics. Ces données ouvertes aident à développer davantage le World Wide Web d'informations non structurées en World Wide Web d'informations structurées au profit de la communauté et à étendre la souveraineté des données et les possibilités de participation et d'engagement. Où serions-nous en termes de civilisation sans systèmes ouverts, sans connaissances ouvertes ? Où en serait l'Internet et le World Wide Web sans normes et solutions ouvertes ? Dans le monde numérique en réseau mondial, nous pouvons nous permettre de moins en moins de structures à l'intérieur des frontières territoriales pour assurer l'autodétermination, et celles-ci ont de moins en moins de sens. Dans l'espace numérique, le besoin de souveraineté territoriale est de plus en plus remplacé par le besoin de souveraineté fonctionnelle et technologique, la "voie européenne". Les processus et solutions basés sur les structures sont souvent sous les feux de la rampe (y compris les initiatives de financement), mais moins les structures elles-mêmes. Il est nécessaire de se concentrer davantage sur ce point et de le soutenir.

La "voie européenne" dans la création de ces structures répond à la réalité de la vie des citoyens, des entreprises, de l'administration et de la science, les avantages concrets, plus directement dans les zones quotidiennes des frontières intérieures de l'Europe. En raison de sa situation centrale avec des frontières intérieures européennes vitales, l'Allemagne et France en particulier ont la possibilité et la responsabilité de réfléchir à des systèmes ouverts tels que l'Open Data dans une dimension européenne.

L'idée est de renforcer l'interopérabilité européenne des données en général et dans les domaines transfrontaliers de la vie quotidienne, par exemple, dans le contexte d'une présidence du Conseil. Le réseau européen d'observation du développement territorial et de la cohésion a identifié des lacunes considérables dans les données disponibles sur le développement régional transfrontalier, même dans les régions frontalières à fort potentiel de croissance.

Création de conditions politiques

La Commission européenne a apporté des fondements avec la directive sur l'ouverture des données et la réutilisation des informations du secteur public (UE) 2019/1024 , le règlement sur les données à haute valeur ajoutée et les programmes ISA2, et les renforcera encore.

En ce qui concerne l'information et les données ouvertes sur le développement régional transfrontalier, la direction générale de la politique régionale et du développement urbain de la Commission européenne et l'unité "Développement spatial et urbain européen" du BBSR de l'Office fédéral de la construction et de l'aménagement du territoire effectuent actuellement un important travail préparatoire. Des bases importantes ont déjà été posées par le traité d'Aix-la-Chapelle et la "déclaration de Hambach sur la coopération franco-allemande dans les régions frontalières" du 6 avril 2017 par les représentants des collectivités locales voisines et le commissaire à la coopération franco-allemande. Des projets pilotes transfrontaliers correspondants existent déjà dans les régions frontalières du Haut-Rhin-Lac de Constance, du Rhin supérieur et du Rhin inférieur et dans la grande région Allemagne-Pays-Bas. La directive et les données ouvertes représentent également des opportunités générales en ce qui concerne le "système relatif à la création d'un mécanisme visant à lever les obstacles juridiques et administratifs dans un contexte transfrontalier" dans le contexte du nouveau cadre financier pluriannuel de l'UE de 2021 à 2027. En outre, le 1er janvier 2021, les deux départements français du Bas-Rhin et du Haut-Rhin formeront une collectivité territoriale bilingue (français, allemand) distincte, la "Collectivité européenne d'Alsace" (CEA), dont l'objet principal sera la coopération transfrontalière.

Interlab Rhenanum - Dataunion

À l'occasion de la Journée du numérique 2020 en allemagne, Interlab Rhenanum organise la conférence et l'atelier "Dataunion", une plate-forme en ligne de bases de données collaboratives. Des acteurs intersectoriels, notamment de l'administration publique et de la citoyenneté, des deux côtés de la frontière intérieure européenne se rencontreront.

L'objectif est d'échanger des expériences sur les applications, les normes juridiques et les standards relatifs aux données ouvertes, de cataloguer et de comparer sémantiquement les données et de croiser ces applications et les champs d'action politiques dans le sens d'un contrôle croisé des avantages. L'objet de ce travail est le catalogue de données par échantillonnage de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, une initiative du portail de données national allemand GovData, du département openNRW du ministère de l'économie de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et de la Fondation Bertelsmann.

Sur le plan thématique, il est fait référence aux exigences en matière de données pour une résilience commune aux crises, aux indicateurs pour mesurer les objectifs de durabilité des Nations unies ainsi qu'à l'élaboration actuelle de la liste des données de grande valeur par la Commission européenne.

En outre, une cartographie des parties prenantes sur les données ouvertes sera réalisée. L'événement sera lancé par divers discours d'ouverture sur les progrès réalisés en Allemagne et en France et sur le statut des normes juridiques respectives d'Open Data. Dataunion est organisé par l'organisation allemande "Politics for Tomorrow c/o nextlearning e.V." et l'organisation française "Hackstub" dans le cadre d'Interlab Rhenanum.

Présentations 19.6.2020


  • Open Data et Open Government - Statu quo Allemagne / France ainsi que présentation d'un catalogue de données type / références croisées X-contextes; Harmonie Vo Viet Anh, pésident d'administration de "Hackstub", Oliver Rack membre du conseil d'administration de "Politics for Tomorrow c/o nextlearning e.V." et membre du groupe stratégique de l'Open Government Network Germany


  • Smart Government transfrontalier au lac de Constance; Karsten Krumm ; Smart Government Academy Lake Constance, Smart City Représentant de la ville de Friedrichshafen (CONFIRME)
    • La Smart Government Academy Bodensee met en réseau les expériences et les connaissances transfrontalières afin d'utiliser conjointement les opportunités et les défis actuels de l'administration intelligente de demain. Le projet a été fondé par neuf villes et municipalités d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse ainsi que par quatre universités. Il est soutenu financièrement par le programme Interreg V.


  • Open Data à Strasbourg; Olivier Banaszak; Chef du département de géomatique et d'observation spatiale à l'Eurométropole Strasbourg (CONFIRME)


  • Open Government and Open Data in Karslruhe; Sven Klenert; Office des technologies de l'information et de la numérisation Applications centrales, ville de Karlsruhe (CONFIRME)
    • En plus des données sur les ménages, les données proposées jusqu'à présent sur le portail de transparence de la ville de Karlsruhe couvrent un large éventail d'aspects de la vie urbaine : outre les statistiques habituelles sur la population, on y trouve par exemple des données sur les élections, les horaires des transports publics du KVV, les valeurs de l'eau potable des services municipaux et les valeurs mesurées de la station météorologique municipale. La ville de Karlsruhe est très consciente du fait qu'il est important d'enrichir la pensée administrative avec un gouvernement ouvert et donc avec de nouvelles perspectives venant de l'extérieur. C'est pourquoi les utilisateurs de données externes sont donc une partie essentielle de l'écosystème Open Data, même au-delà de la frontière franco-allemande. Karlsruhe est en train d'agrandir son laboratoire d'innovation numérique dans l'hôtel de ville, le DigitalLab. Elle offrira alors encore plus d'espace pour les nouveaux services numériques et les innovations.


  • Présentation de l'Etalab de Direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'État, Bastien Guerry, Référent logiciels libres (CONFIRME)
    • Etalab est un département de la direction interministérielle du numérique (DINUM). Il coordonne notamment la conception et la mise en œuvre de la stratégie de l’État dans le domaine de la donnée. Etalab coordonne aussi la politique d’ouverture et de partage des données publiques (open data): Il coordonne les actions des administrations de l’Etat et leur apporte son appui pour faciliter la diffusion et la réutilisation de leurs informations publiques et il anime la plateforme d’open data data.gouv.fr. Etalab contribue également à faciliter la circulation et l’échange de données entre administrations, notamment dans le cadre de la mise en oeuvre du principe du « Dites le nous une fois », ou avec des tiers (voir notre offre de service).


  • Mise en place d'un système d'observation territoriale pour les régions frontalières; Claire Duvernet; Coordinateur du projet "Mise en place d'un système d'observation territoriale pour les régions frontalières" à l'Institut fédéral de recherche sur la construction, les affaires urbaines et le développement spatial (BBSR) (CONFIRME)
    • Ce projet vise à concrétiser les résultats de MORO afin de créer la base d'un système d'observation territoriale pour les zones adjacentes. Après la précédente mise en réseau exploratoire des instituts et institutions de l'État fédéral, des Länder et des régions - y compris la région métropolitaine trinationale du Rhin supérieur -, il s'agit maintenant de mettre en place un réseau d'observation territoriale transfrontalière et de définir les bases méthodologiques qui permettront d'établir des rapports continus au-delà d'une période de démarrage. À cette fin, la base d'information doit être améliorée en coopération avec les institutions statistiques des Länder. Les thèmes définis comme prioritaires dans le projet précédent (banlieusards, services, marché du travail, etc.) sont ici au centre des préoccupations.


  • Cas d'utilisation: Metropolatlas de la région métropolitaine Rhin-Neckar; Heinrich Lorei; Chef de projet Metropolatlas, Numérisation et E-Gouvernement, Région métropolitaine Rhin-Neckar (CONFIRME)


Interlab Rhenanum est co-initié par
Membre de
Interlab Rhenanum est co-initié par

Hackstub Strasbourg



Les interprètes simultanés de la webconférence sont sponsorisés par :
Nous y serons #wirsinddabei et nous serons ensemble numériquement #digitalmiteinander avec la conférence atelier #Dataunion à #Digitaltag20